Read the lates news around the world on Levanjiltv.com


You are not connected. Please login or register

Ted Kennedy was the champion of the divest

View previous topic View next topic Go down  Message [Page 1 of 1]

Admin


Admin
Le président américain et de nombreuses personnalités ont rendu une dernière fois hommage au patriarche de la plus célèbre famille politique américaine, lors d'une messe à Boston avant son enterrement au cimetière d'Arlington, près de Washington.


L'Amérique a rendu un ultime hommage à l'une des ses figures, Edward «Ted» Kennedy. Une foule nombreuse a bravé la pluie et le vent pour se rassembler dans l'église catholique Notre Dame du perpétuel Secours à Boston, dans le Massachusetts, où le président Obama et son épouse avaient pris place au premier rang. La veuve de Ted Kennedy, Vicki, a ravalé ses larmes lorsque le cortège, formé de nombreux membres de la famille Kennedy, tous vêtus de noir, a accompagné le cercueil vers la basilique. Le cercueil, recouvert du drapeau américain, a été transporté dans l'église par une garde d'honneur en uniforme. Le beau-fils de Ted Kennedy, Curran Raclin, a prononcé la première lecture, suivi par sa fille Kara.

Les anciens présidents George W. Bush, Bill Clinton et Jimmy Carter assistaient, parmi de nombreuses personnalités, dont l'acteur Jack Nicholson, aux funérailles du «lion du Sénat», figure de la gauche américaine, décédé mardi à l'âge de 77 ans d'une tumeur au cerveau. Sa dépouille sera ensuite transportée à Washington pour être inhumée au cimetière national d'Arlington, en Virginie, aux côtés de ses frères, le président John F. Kennedy, assassiné en 1963, et Robert Kennedy, qui fut ministre de la Justice puis candidat à la présidence, assassiné en 1968.


«Le plus grand législateur de notre époque»

Barack Obama a fait l'éloge du sénateur américain. Le monde se souviendra d'Edward Kennedy comme du «champion de ceux qui n'en ont pas, l'âme du parti démocrate et le lion du Sénat des Etats-Unis», a déclaré le président américain qui a siégé à ses côtés au Sénat américain entre 2005 et 2008. Dans une allocution poignante marquant son affection pour Ted Kennedy, Obama a évoqué le «benjamin de la famille devenu son patriarche, le rêveur invétéré devenu son rocher». Il a aussi salué «la résilience et l'humour» de Ted Kennedy, qui a triomphé de «plus de souffrance et de tragédies que la plupart d'entre nous n'en connaîtrons jamais». «Au lieu de devenir amer et endurci», il s'est mué en «joyeux combattant» qui s'est battu pour les droits des autres et est devenu «le plus grand législateur de notre époque».

Même si beaucoup d'Américains ne partageaient pas ses idées politiques, la mort du sénateur représente un événement national qui met fin à un demi-siècle au cours duquel la famille Kennedy a marqué de son empreinte le parti démocrate. Des dizaines de milliers de personnes ont défilé devant le cercueil de Ted Kennedy jeudi et vendredi dans la bibliothèque John F. Kennedy de Boston. Le respect qu'il inspirait se reflétait aussi dans la diversité des personnes qui ont participé vendredi à une veillée funéraire, dont des républicains qui avaient noué une profonde amitié avec Ted Kennedy en dépit de leurs divergences idéologiques.

Le violoncelliste Yo-Yo Ma et le chanteur lyrique Placido Domingo devaient interpréter des morceaux de musique pendant la messe célébrée par l'archevêque de Boston, le cardinal Sean O'Malley. L'après-midi, le cortège funéraire devait traverser la capitale Washington en direction du cimetière d'Arlington, après une brève halte devant les marches du Capitole pour une prière. L'incroyable succès de la famille Kennedy dans le monde politique, tout comme les tragédies qu'elle a subies, lui ont valu un statut unique dans le coeur des Américains, que certains comparent toujours à celui d'une famille royale.


Un soutien déterminant pour Obama

Beaucoup s'attendaient à ce que Ted Kennedy, le plus jeune des frères, reprenne le flambeau après les assassinats de John et Robert. Mais ses ambitions pour la Maison Blanche ont été contrecarrées par une aura de scandales, des problèmes d'alcool et un divorce houleux. En 1980, il perdait la primaire démocrate pour la présidentielle au profit du président sortant Jimmy Carter.

Il n'en a pas moins effectué une exceptionnelle carrière de sénateur, longue de 47 ans et marquée par son talent politique et sa détermination, qui lui a valu une admiration unanime à la fin de sa vie. Le soutien qu'il a apporté à la candidature présidentielle de Barack Obama en 2008 a également été considéré comme déterminant dans l'accession à la Maison Blanche du premier Noir américain.

View user profile http://levanjiltvnews.forumotion.net
Share this post on: Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

No Comment.

View previous topic View next topic Back to top  Message [Page 1 of 1]

Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum